Logo
Juin 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Pour vous inscrire à nos formations contactez-nous
au 04 79 25 00 56 ou cliquez ici. 



   

AVRIL  2020 NEWS Quelques renseignements utiles coronavirus Up and Com'

 

L'Université privée américaine Johns Hopkins, de Bltimore dans le Maryland, l’une des universités les plus prestigieuses des États-Unis, surtout pour sa faculté de médecine, a envoyé cet excellent résumé pour éviter la contagion, partagez-le car il est très clair :

* Le virus n'est pas un organisme vivant, mais une molécule de protéine (ADN) recouverte d'une couche protectrice de lipides (graisses) qui, lorsqu'elle est absorbée par les cellules des muqueuses oculaires, nasales ou buccales, modifie leur code génétique (mutation) et les convertit en cellules de multiplicateurs et d'agresseurs.
*Parce que le virus n'est pas un organisme vivant mais une molécule de protéine, il n'est pas tué, mais se décompose de lui-même. Le temps de désintégration dépend de la température, de l'humidité et du type de matériau dans lequel il se trouve.
* Le virus est très fragile ; la seule chose qui le protège est une fine couche de graisse extérieure. C'est pourquoi tout savon ou détergent est le meilleur remède, car la mousse CASSE LE GRAS (c'est pourquoi il faut frotter autant : pendant au moins 20 secondes ou plus, et faire beaucoup de mousse). En dissolvant la couche de graisse, la molécule de protéine se disperse et se décompose d'elle-même.
La chaleur dissout la graisse ; utilisez ensuite de l'eau à une température supérieure à 25 degrés pour vous laver les mains, les vêtements et tout le reste. De plus, l'eau chaude produit plus de mousse, ce qui la rend encore plus utile.
* L'alcool ou tout mélange avec de l'alcool à plus de 65% DISSOUT TOUTE GRAISSE, en particulier la couche lipidique externe du virus.
* Tout mélange avec 1 partie d'eau de javel et 5 parties d'eau dissout directement la protéine, la décomposant de l'intérieur.
* L'eau peroxyde( eau oxygénée) aide beaucoup après le savon, l'alcool et le chlore, car le peroxyde dissout la protéine virale, mais il faut l'utiliser pure et elle fait mal à la peau.
PAS DE BACTÉRICIDES. Le virus n'est pas un organisme vivant comme les bactéries ; on ne peut pas tuer ce qui n'est pas vivant avec des antibiotiques, mais désintégrer rapidement sa structure avec tout ce qui a été dit.


* NE JAMAIS secouer les vêtements, draps ou draps usagés ou non utilisés. Bien que collé sur une surface poreuse, il est inerte et se désintègre en 3 heures (tissu et poreux), 4 heures (cuivre, car il est naturellement antiseptique ; et bois, car il élimine toute humidité), 24 heures (carton - métal - plastique). Mais si vous le secouez ou utilisez un chiffon, les molécules du virus flottent dans l'air pendant 3 heures et peuvent se déposer dans votre nez.

Les molécules virales restent très stables dans le froid extérieur ou artificiel comme les climatiseurs des maisons et des voitures. Ils ont également besoin d'humidité pour rester stables et surtout de l'obscurité. Par conséquent, les environnements déshumidifiés, secs, chauds et lumineux le dégraderont plus rapidement.

* La lumière UV sur tout objet brisera la protéine du virus. Par exemple, pour désinfecter et réutiliser un masque c’est parfait.

* Le virus ne peut PAS passer à travers une peau saine.

* Le vinaigre n'est PAS utile car il ne décompose pas la couche protectrice de la graisse.

* LA LISTERINE (c'est un bain de bouche américain) fonctionne SI VOUS EN AVEZ BESOIN ! Il s'agit d'un alcool à 65 %.

* Plus l'espace est limité, plus la concentration du virus est importante. Plus ouvert ou ventilé naturellement sera l’espace, moins il sera concentré.

* Ceci étant dit, voilà pourquoi vous devez vous laver les mains avant et après avoir touché des muqueuses, de la nourriture, des serrures, des boutons, des interrupteurs, une télécommande, un téléphone portable, des montres, un ordinateur, des bureaux, une télévision, etc. Et quand on utilise les toilettes.

* Il faut aussi s'humidifier les mains, par exemple en les lavant beaucoup, car les molécules peuvent se cacher dans des micro rides ou les coupures. Plus l'hydratant est épais, mieux c'est.

* Gardez même les ONGLES COURTS pour que le virus ne s'y cache pas.

 et restez chez vous..

 

 

mars 2020 NEWS DE LA SYNERGOLOGIE

 covi

 

de Philippe Turchet   

Docteur (Ph-D) en Sciences du Langage
Chercheur associé (Laboratoire MoDyCo/CNRS, Université Paris-Nanterre)
Fondateur de la Synergologie



« Le Covid-19 se propage entre humains par voie aérienne, mais surtout, à 80% par contact manuel » (1). Il est vrai que le fait de toucher les muqueuses du visage - le nez, les yeux et la bouche, offre au virus une porte d'entrée dans le corps.
Est-ce à dire qu'il suffirait potentiellement que nous cessions complètement de porter les mains à notre visage pour que le nombre de personnes infectées sur la planète soit divisé par 4...? Potentiellement, oui...

 

Mais pourquoi une mesure si simple à effectuer, une mesure que nous connaissons tous, s’avère dans les faits si compliquée à mettre en oeuvre ? Et bien simplement parce que se toucher le visage, le caresser, le gratter même en l'absence de boutons est ressenti par notre cerveau comme une nécessité. Nous nous touchons en moyenne 23 fois par heure le visage (2). Et pourquoi ?

 

Les émotions lorsqu’elles nous perturbent, font naître des démangeaisons très brèves (3), et l'augmentation des gestes autocentrés nous permet d'extérioriser cette crispation intérieure. Les régions cérébrales impliquées dans la neurobiologie du sentiment (dans les cortex somatosensoriels de l’insula et de SII) deviennent pendant ce temps atones si nous nous grattons (5,6).
Le fait de se gratter fait donc descendre le niveau émotionnel. Le cortex cingulaire cesse de travailler. Or, cette zone est impliquée dans la douleur. Dans le même temps, les aires du cortex préfrontal impliquées dans les récompenses ou les comportements compulsifs deviennent réactives, expliquant pourquoi se gratter est en même temps si agréable (7)

 

Les primates non humains, les singes ne se conduisent pas différemment de nous. Isolés dans des cages, ils se grattent moins souvent que s’ils sont placés en groupe. Dans leur milieu naturel, les vocalisations des groupes rivaux, provoqueront chez eux des démangeaisons indicatrices d’une tension émotionnelle négative (8).
Parallèlement, nous plaçons les mains sur le visage pour une autre raison, pour se reconcentrer et remédier ainsi à la distraction de l'attention en réactivant la mémoire de travail (9). D'ailleurs, plus la concentration est continue et plus la main reste sur le visage longtemps (10). Nous utilisons autant la main gauche que la main droite pour effectuer ces multiples autocontacts sur le visage. Et bien sûr comme tous ces mouvements sont effectués spontanément, lorsque nous pensons à les réprimer, il est donc trop tard.

 

C’est ainsi, le coronavirus sur lequel nous pourrions assez facilement reprendre un peu de contrôle, continue simplement son périple parce que nous sommes émus, réfléchissons et parce que les mains sur le visage nous aident dans ces tâches.
Les mains sur le visage sont la parfaite illustration que le corps se met en action et que le cerveau ne fait que prendre conscience de ce que notre corps a déjà mis en œuvre à son insu, car c’est lorsque les mains sont sur notre visage que nous prenons conscience qu’il faudrait éviter que nos mains aillent sur notre visage !

 

(1)https://www.topsante.com/medecine/maladies-infectieuses/zonoses/coronavirus-chinois-quels-sont-les-symptomes-qui-doivent-alerter-634746
(2) Etude publiée en 2015 dans l'American Journal of Infection Control observant qu'un groupe d'étudiants en médecine se touchait le visage en moyenne 23 fois par heure.
(3)Kimura, D. « The neural basis of gesture », dans Whitaker , H. et Harry A. Studies in neurolinguistics, vol. 2, Academic Press, 1976, p. 145- 156.(4) Cyrulnik, B (2002) Un merveilleux malheur, Odile Jacob, Paris
(5) Craig Arthur D, Chen Kawey, Bandy Daniel J, Reiman Eric M, : Thermosensory activation of insuar cortex “ Nature neuroscience, 3, 2000, PP184-190.
(6)Ikoma, A Steinhoff, Stander, S. Yosipovitch, G et Schmeltz, M.(2006) The neurobiology of itch Nature reviews. Neuroscience. , vol. 7, no7, pp. 535-54
(7) Raymond, J. « It Feels Good and Everybody Does It. Scientists are using state-of-the-art techno-logy to look at what happens in the brain when a person scratches an itch. There’s moregoing on than you might think », Newsweek, 31 janvier 2008.
(8) Meguerditchian, A. (2009) Latéralité et communication gestuelle chez le babou in et le chimpanzé : à la recherche des précurseurs du langage, Thèse 2009.
(9) Mueller, S. M., Martin, S., & Grunwald, M. (2019). Self-touch: Contact durations and point of touch of spontaneous facial self-touches differ depending on cognitive and emotional load. PloS one, 14(3).
(10) Barroso F, Freedman N, Grand S (1980) Self-touching, performance, and attentional processes. Percept.Mot.Skills 50 (3): 1083–1089.
#coronavirus #covid19 #langagecorporel #synergologie